Professionnels de santé

Dons d'organes Accéder à l'Extranet

L'urticaire

L’urticaire est un syndrome cutanéomuqueux inflammatoire dont les symptômes associent, papules/plaques et/ou angio‐oedème. Les papules et les plaques sont mobiles et le plus fréquemment localisées sur les bras et les jambes. Elles se caractérisent par un gonflement de la peau, une rougeur et provoquent des démangeaisons importantes (prurit). L’angio‐oedème (apparition d’un gonflement plus profond de la peau ou des muqueuses) est généralement localisé au niveau du visage (paupières, lèvres, langue…), des mains ou des pieds et des organes génitaux externes avec des lésions pâles et douloureuses pouvant persister 48 à 72 heures(1).

L’urticaire fait partie des affections dermatologiques les plus fréquentes : 15 à 20% de la population fait au moins une poussée aiguë au cours de sa vie(1). L’évolution des symptômes permet de différencier :

- l’urticaire aigüe (les lésions évoluent durant moins de 6 semaines)

et

- l’urticaire chronique (les lésions persistent au‐delà de 6 semaines).

On distingue 2 types d’urticaire chronique selon que les symptômes se déclenchent(1) :

· De façon induite par un facteur déclenchant spécifique : on parle alors d’urticaire chronique inductible,

· De façon spontanée, sans que l’on puisse identifier un facteur déclenchant spécifique : on parle alors d’urticaire chronique spontanée

La majorité des urticaires chroniques (66 à 93 %) est dite spontanée car son apparition a lieu sans cause identifiable.

L’urticaire chronique spontanée (UCS) est une pathologie qui concerne près de 1% de la population mondiale(2). La durée de l’UCS est estimée en moyenne entre 1 et 5 ans. En raison de son caractère soudain et imprévisible, l’UCS peut être assimilée à tort à une réaction allergique alors qu’il s’agit d’une hypersensibilité des mastocytes, non allergique.

Au‐delà du caractère affichant des lésions, l’UCS est une affection invalidante. Anxiété, troubles de l’humeur et du sommeil, fatigue, ponctuent le quotidien des patients(3,4) : les démangeaisons nocturnes et l’imprévisibilité des crises sont autant de facteurs de stress pour les patients et peuvent aggraver leur sentiment de détresse face à la maladie. Certains s’astreignent même à des régimes alimentaires restrictifs dans le but de prévenir les crises qu’ils assimilent à une poussée d’origine allergique.

L’Urticaire Chronique Spontanée, une pathologie au parcours de soins long et parfois complexe

Souvent confondue avec une allergie, l’urticaire chronique est une maladie complexe dont les symptômes peuvent revêtir des formes variées. Tous les patients ne déclarent pas la même forme d’urticaire chronique : 33% à 67 % des patients présentent à la fois des papules/plaques et un angiooedème, 29% à 65 % seulement des papules et 1% à 13 % un angio‐oedème seul(3).

De nombreux professionnels de santé (médecin généraliste, allergologue, dermatologue, interniste, pharmacien, voire même urgentiste) sont ainsi impliqués dans la prise en charge des patients atteints d’UCS et le parcours de soins se révèle parfois long et complexe. L’expertise clinique dermatologique permet d'affirmer le diagnostic et de prescrire le traitement adéquat.

Si la majorité des urticaires chroniques spontanées répond bien aux anti-histaminiques anti-H1 de deuxième génération. Pour les formes résistantes, il existe d'autres solutions thérapeutiques qui doivent être mises en place en milieu hospitalier.

Depuis fin 2015 un produit est nouvellement disponible et remboursé à 65% par la sécurité sociale, pour les patients (à partir de 12 ans) soufrant d’urticaire chronique spontanée (UCS) et présentant une réponse insuffisante au traitement par antihistaminiques anti‐H1. Ce traitement représente une avancée thérapeutique importante puisqu’il permet, dans la majorité des cas, de contrôler rapidement la maladie et d’améliorer la qualité de vie des patients. Soumis à la Prescription Initiale Hospitalière, il peut être renouvelé par le dermatologue et  le pédiatre.

Le service de dermatologie de l’hôpital de Périgueux a mis en place en 2016, une consultation spécifique dédiée à l’urticaire chronique. Il s’agit d’une consultation de recours, réservée aux personnes souffrant d’urticaire chronique sévère résistante à un traitement de 1ère et 2e ligne bien conduit selon les recommandations européennes.

Dr Jérôme MARIE, Dermatologue

Secrétariat dermatologie : 05 53 45 26 43

 

  1. Zuberbier T, et al. The EAACI/GA²LEN/EDF/WAO Guideline for the definition, classification, diagnosis and management of Urticaria. The 2013 revision and update. Allergy, May 2014.
  2. Maurer, M. et al. Unmet clinical needs in chronic spontaneous urticaria. A GA2LEN task force report. Allergy. 2011, Vol. 66, pp. 317‐330
  3. Odonnel, B, et al. The impact of chronic urticaria on the quality of life. British Journal of Dermatology. 1997, Vol. 136, pp. 197‐201 - D17183 – Novembre 2015 4/4
  4. Maurer, M, Ortonne, J‐P et Zuberbier, T. Chronic urticaria: an internet survey of health behaviours, symptom patterns and treatment needs in European adult patients. British Journal of Dermatology. 2009, Vol. 160, pp. 633‐641

Réalisation : Stratis