Professionnels de santé

Dons d'organes Accéder à l'Extranet

Systèmes de drainage numérique en chirurgie thoracique

Le drain thoracique est souvent une difficulté dans la gestion des patients pour plusieurs raisons, y compris la nécessité d’avoir une valve anti-retour toujours en fonction, de prévenir efficacement les dysfonctionnements du système et la mobilité limitée des patients nécessitant une aspiration.

Au cours de la dernière décennie, des systèmes numériques de drainage ont été développés, ce qui a permis de résoudre la plupart de ces problèmes. Tout d’abord, il s’agit de dispositifs d’aspiration portables, ils n’ont pas besoin de se connecter au système d’aspi­ration mural et, étant donné leur faible poids, ils permettent au pa­tient une mobilisation complète. Deuxièmement, ils sont équipés d’un mécanisme de détection des fuites aériennes qui simplifie les opérations de surveillance et permet de comparer les données des dernières 24h. Enfin, certains d’entre eux utilisent un système d’aspiration «intelligent», qui adapte l’aspiration livrée aux pressions détectées dans le sys­tème. Avec ce mécanisme, la ma­chine est également capable de rendre compte, par une alarme, des dysfonctionnements liés à une occlusion du système. Enfin, l’en­semble adopte une valve anti-retour mécanique, ce qui garantit son bon fonctionnement même en cas de retournement de l’appa­reil.

Actuellement, il y a 3 systèmes de drainage numériques sur le marché: Drentech (Redax, Italie), Atmos 201, (Atmos, Allemagne) et Thopaz (Medela, Suisse). La principale différence entre les 3 modèles est que le premier adopte une aspiration «fixe» et les 2 autres une aspiration «in­telligent». Grâce à ses caracté­ristiques et sa petite taille, le 3ème dispositif a été adopté pour la prise en charge postopératoire des patients opérés en chirurgie thoracique à l’hôpital de Péri­gueux.

L’utilisation de cet appareil exige une formation spécifique d’envi­ron une heure pour apprendre le fonctionnement et les alarmes. La limite technique de la machine est son débit maximal d’aspiration (5 lt/ min), ce qui peut, rarement, être insuffisant en cas de fuite d’air massif.

Les principaux avantages des systèmes numériques est la stan­dardisation de la technique d’as­piration (sa mesure exacte ne dépend plus de facteurs tels que la longueur et la position du tube, la présence des boucles ou de li­quide à l’intérieur) et la pleine mobilisation du patient.

À cela s’ajoutent les avantages potentiels en termes de recherche clinique : les données sur la pres­sion intra-pleurale permettront à l’avenir d’adapter la force d’as­piration en fonction de l’effet ob­tenu plutôt que d’utiliser le même niveau pour tous les patients. Ega­lement, la possibilité d’utiliser des niveaux d’aspiration élevées (-60 cm H20) semble etre d’utilité dans le traitement conservateur des pleurésies purulentes.

Dr Francesco LEO,

Chirurgien thoracique

 

Réalisation : Stratis