Dons d'organes

Mis en ligne le 17 juin 2015

S'engager pour la vie

La grande majorité d’entre nous est favorable au don d’organes et de tissus après sa mort.

Chacun d’entre nous peut être amené à recevoir un jour une greffe d’organe ou de tissus.

Chacun d’entre nous peut, également, donner ses organes ou ses tissus.

Chacun d’entre nous peut être amené à apprendre brutalement la mort d’un proche et être sollicité pour témoigner en urgence de sa position sur le don d’organes et de tissus.

Vous êtes pour le don d’organes et de tissus après votre mort?

Informez-en vos proches, ce sera l’occasion de connaître aussi leur position sur la question.

Vous êtes opposé au don d’organes et de tissus ?

Vous pouvez mentionner votre désaccord sur le registre national des refus, systématiquement consulté avant chaque prélèvement.

Don d’organes : ce qu’il faut savoir aujourd’hui

En France, depuis 1976 (loi Caillavet), toute personne est considérée comme consentante au don d'organes et de tissus de son corps si elle n'a pas exprimé de volonté contraire de son vivant. C’est ce que l’on appelle le consentement présumé. Le refus de donner ses organes s’exprime de son vivant, soit en s’inscrivant sur le registre national des refus tenu par l’Agence de la biomédecine, soit en témoignant de son opposition auprès de ses proches.

Pour respecter la volonté de chacun, conformément à la loi, quand une personne décède et que le prélèvement d’organes est possible, l’équipe médicale consulte obligatoirement le registre national des refus. Si le nom du défunt n’y figure pas, la loi impose à l’équipe médicale d’interroger les proches pour recueillir une éventuelle opposition au don d’organes exprimée de son vivant par leur proche.

En France, en 2014

20311 personnes ont eu besoin d’une greffe et seules 5357 en ont bénéficié la  même année (+4,6% par rapport à 2013)

54 659 personnes étaient porteuses d’un greffon fonctionnel, ce qui témoigne de l’efficacité thérapeutique de la greffe.

Au Centre Hospitalier de Périgueux

Depuis 2007, 75 personnes ont pu donner leurs organes et ont permis à  216 personnes d’être greffées.

Une stèle, déposée au pied d’un érable, rend hommage aux donneurs.

Coordination hospitalière aux PMOT (Prélèvements Multiples d’Organes et de Tissus)

Réalisation : Stratis